Elle a osé! Exclusif, un extrait de sa dernière oeuvre…

Elle a écrit une première oeuvre, un peu décalée mais qui a plu. Elle est sur le point d’en sortir une nouvelle qui va casser les tabous. Et elle est sur l’écriture d’une troisième qui va en gêner plus d’un…Jusqu’où ira-t-elle? Aghate Zahra a osé et nous répond…

  • Salam Alaykoum Aghate Zahra! Comment ça va? (Je rappelle pour nos lecteurs que Aghate Zahra est votre nom d’auteure mais qu’on vous connaît plus sous le nom d’Erika Oumshakour)

Wa aleykoum salam! Ça va très bien al hamdoulillah!

  • On a récemment appris que votre première oeuvre, Mouqabalas, est désormais disponible aux éditions Sana. Que s’est-il passé? Les Crysalides, votre Maison d’Editions, l’ont elles viré?

Effectivement. (rires) Pas du tout. Le directeur des Éditions Sana a voulu soutenir le projet des Crysalides qui est de donner la parole (et surtout de la faire entendre) aux femmes de la communauté musulmanes sur lesquelles on tape constamment et qui n’ont pas droit au chapitre. Donc c’est un coup de pouce qui donne de la visibilité aux Éditions Crysalides et surtout qui aide au financement d’autres projets.

  • Du coup, on ne peut pas s’empêcher de se demander si Les Crysalides vont bien?

Les Crysalides vont très bien al hamdoulillah et nous préparons justement différents projets que nous avons sur le feu depuis presque un an maintenant.

mouqabalas-inside

  • Avec du recul, aujourd’hui, pouvez-vous nous dire comment a été accueilli « Mouqabalas » par la communauté?

“Mouqabalas” a été accueilli avec enthousiasme par les femmes, des plus jeunes au plus âgées avec grand étonnement d’ailleurs.

Les hommes, au départ ont été très dubitatifs, voire grossiers en me taguant sur les réseaux sociaux pour me dire que je “manquais de pudeur” ou “que c’était bien là le truc d’une convertie…” Allez comprendre!

Mais au bout de quelques mois, les hommes ont rejoint les troupes des lecteurs al hamdoulillah et nous préparons une petite surprise pour nos coreligionnaires masculins.

  • Cette oeuvre a-t-elle connu son petit succès?

En toute modestie, je pense que oui. Et le mérite en revient à Allah (SWT).

En tout cas, un succès au delà de celui attendu même si ce n’était pas le premier but recherché. Le premier a été atteint: celui de faire en sorte d’aider mes soeurs en islam et de les faire relativiser en passant un bon moment avec mon bouquin.

  • L’autre surprise est votre nouveau livre “C’est un divorce, pas un cancer”. J’ai eu l’immense honneur de pouvoir lire un extrait et je reste sur ma fin. Je suis frustrée de ne pas pouvoir lire la suite. Pouvez-vous nous en dire plus? De quoi s’agit-il?

J’ai décidé de traiter ENCORE d’un sujet de société qui touche de plein fouet notre génération de façon générale. Mais paradoxalement, dans la communauté musulmane, les divorcés deviennent des parias ce qui accentue un mal-être à une situation déjà très difficile à vivre humainement. On se retrouve généralement isolé ET dans une pente dangereusement dépressive. J’englobe ici les femmes comme les hommes.

J’aimerais, comme Mouqabalas, avec l’aide d’Allah, aider à dédramatiser, à se relever, et à aller de l’avant. En gros, ne pas s’éterniser à marcher sur des ruines mais plutôt à reconstruire et replanter les graines dans son jardin à la manière de Candide. “Carpe Diem”. Cueille le jour.

  • Pourquoi un sujet sur le divorce? Pensez-vous que c’est un sujet d’actualité aujourd’hui plus qu’hier?

C’est un sujet d’actualité spécifique à notre génération et qui prend une  ampleur particulière dans notre communauté. Une ampleur influencée par le poids de la culture et des traditions de chacun.

divorce

  • Vous nous expliquez dès le début combien il a été difficile d’annoncer ça à votre entourage ou plutôt combien il a été difficile pour eux d’accepter. Comment expliquez-vous cela?

Dans mon cas, il a été  plus difficile de l’annoncer aux musulmans de mon entourage qu’à ma famille. Pour dire à quel point c’est considéré vraiment comme une tare dans la Oumma. Et c’est quelque chose que j’ai vu des dizaines de fois autour de moi, cette peur de l’annonce. Encore plus chez des personnes de famille musulmanes.

  • Vous dites que “divorcer n’est pas mourir”. Ça reste tout de même une épreuve pour certains. En pourtant, en vous lisant, on a l’impression que c’est génial, que vous avez les astuces pour que tout se passe bien et surtout pour réussir à revivre. N’est-ce pas là une responsabilité que vous prenez?

C’est une très grosse responsabilité j’en ai conscience et mes propos n’engagent que moi. Je ne prétends pas que c’est “génial”. C’est tout sauf ça en réalité, du moins au début.  Mais oui, on peut réussir à se relever dignement et à se reconstruire et à devenir une personne plus forte et meilleure.

J’ai vécu 2 divorces de façon totalement différente, “juste” en changeant d’état d’esprit. Et J’ai pu aider mes amies proches dans cette épreuve.

  • Comment appréhendez-vous sa sortie et surtout sa lecture?

J’aurais encore droit à un petit (j’espère) lynchage car après tout, c’est ce que nous faisons de mieux dans notre communauté. Je plaisante.

Sincèrement, j’espère qu’il sera bien accueilli car les gens connaissent mon style et ma démarche dans l’écriture. Ils savent que je veux juste soulager.

Sincèrement, je n‘appréhende pas énormément.

Comme le reste, je l’ai écrit avec le coeur, en espérant en toucher d’autres inchAllah. Je sais qu’il parle à nombre d’hommes et de femmes qui vivent cette épreuve tous les jours. En tout cas, je ne pense pas qu’il fera du mal.

  • Sera-t-il également aux éditions Sana?

Je vous réserve l’exclusivité de cette réponse pour sa sortie!

  • J’ai entendu parlé d’une autre nouvelle… Vous êtes sur l’écriture d’une autre oeuvre, par contre celle-la…comment dire? Elle va en surprendre plus d’un et risque même de faire rougir. Je me trompe?

(Rires)Oui je pense.

Toujours lié au mariage, que se soit avant, pendant ou encore la cause d’un divorce, ce sujet est central et pourtant tabou.

En un mot, la sexualité. Il ne s’agira pas d’écrire un Kama sutra mais de traiter ça de façon sociologique. Pourquoi tant de tabou dans la Oumma (alors qu’il n’y en avait pas autant du temps de notre Prophète (PBSL)? Quelles en sont les conséquences dans une société occidentale? Quelles en sont les conséquences dans la vie de couple? Quelles sont les idées reçues sur les relations intimes des musulmans? Quelles solutions? L’importance dans la vie de couple. Etc.

Pour le coup, là je garantie le lynchage publique (rires).

  • C’est un sujet difficile à aborder, il faut convaincre. Quel est le ton employé dans ce livre?

C’est un sujet difficile pour qui considère ce sujet difficile. Car c’est un sujet comme un autre, aux yeux de l’Islam. Bien des questions posées par des compagnons, des sahabiyates feraient rougir les musulmans d’aujourd’hui.

Le ton employé sera le même utilisé pour les autres, léger et humoristique, tout en traitant d’un sujet très sérieux. C’est pourquoi je vais m’entourer de “spécialistes” pour creuser le sujet et trouver de vraies solutions.

  • Justement, il parait que vous n’étiez pas seule dans l’écriture et le travail de recherche, que vous étiez même très bien entourée, des noms à nous donner?

C’est en cours. Et non je ne suis pas seule sur ce “gros dossier”. Je vous promets de vous donner des noms très bientôt inchALlah.

  • Quand va-t-il sortir?

Comme je vous l’ai dit, il est en cours, ce qui m’empêche de vous donner une date, même approximative.

  • Un conseil pour les écrivains en herbe de la communauté qui n’osent pas se lancer? Sont-ils les bienvenus chez Les Crysalides?

Un écrivain, qu’il soit publié ou pas, écrit. Donc je ne fais qu’encourager l’écriture pour ceux dont la plume est le moyen d’expression car c’est tout simplement salvateur.

Les Crysalides cherchent évidemment des talents. Des personnes avec des sujets atypiques et une plume originale. Je rappelle juste que nous ne prenons que des femmes pour l’instant. Nous avons beaucoup de choses à dire…!

  • Que peut-on vous souhaiter à part la réussite? 

Le paradis avec tous ceux que j’aime!

 

Je rappelle votre actualité:

  • « Mouqabalas »

http://www.librairie-sana.com/bibliotheque-de-la-femme-livre/7722-mouqabalas-0u-les-confessions-des-musulmanes-du-siecle-d-apres-agathe-zahra-9782955144107.html

mouqabalas-0u-les-confessions-des-musulmanes-du-siecle-d-apres-agathe-zahra

  • « C’est un divorce, pas un cancer »

Extrait:

                       « J’ai  un cancer. ».

Cette phrase n’aurait pas provoqué une autre réaction (pire ou meilleure) sur le visage de tout ceux à qui nous avons  dû annoncer, le cœur  en alerte, les lèvres tremblantes et les mains moites : « Je divorce ».

Encore un livre sur le divorce. Encore un. En général, dans ces derniers on nous dit comment l’éviter, l’esquiver, s’en préserver à coups  de « Sois toujours belle lorsque ton mari rentre », « Fais lui les plats qu’il préfère » ou « Utilise tous tes charmes dans la chambre à coucher » (pourquoi toujours dans la chambre ?). Le parallèle avec cette horrible maladie qu’est le cancer peut paraître violent.

Comme la maladie, en général on ne s’y attend pas.

Comme la maladie, on se sent dévasté et figé par la peur de l’avenir.

Comme la maladie on se sent seul. Terriblement.

Mais contrairement à elle, la mort n’est pas une des issues possibles. On ne perd pas ses cheveux, sa poitrine, ou une partie de son estomac. On ne va pas tous les 3 jours à l’hôpital pour se faire injecter des produits empoisonnants. On ne perd pas toutes ses capacités physiques au point d’être assisté dans ses tâches quotidiennes. Etc.

Un divorce n’est pas un cancer, ni le Sida, ni la drépanocytose, ni la lèpre. Enfin…

Tout ça,  si on en a la volonté. Car si on l’a, Allah nous facilite.

Divorcer n’est pas mourir.

C’est juste divorcer.

Découvrez l’extrait en entier sur la page facebook suivante: https://www.facebook.com/divorcepasuncancer?fref=ts

 

  • Animations d’ateliers: Vous animerez vous-même des ateliers conviviaux pour l’agence matrimoniale ABELNI inchAllah.
    Vous coacherez des femmes et des hommes pour les aider à se préparer pour leur Mouqabala (prise de confiance, critères de choix, sélection des questions, etc…).

image1

 

Abir Nakad

 

2 Comments on Elle a osé! Exclusif, un extrait de sa dernière oeuvre…

  1. Sabah
    8 octobre 2015 at 12 h 38 min (2 années ago)

    Salam,
    Un grand bravo à notre soeur Erika ! Très bon sujet, j’ai hâte de le lire in sha Allah !

    Répondre
  2. Amine R.
    24 décembre 2015 at 3 h 23 min (2 années ago)

    Excellent livre ! machaAllah, pour moi Erika a révolutionné le livre musulman (sur le mariage) ! MachaAllah je le recommande vivement !
    Mais un petit conseil, ne pas lire dans le metro si vous voulez pas qu’on prenne pour un fou ou une folle, car je vous garantie que vous allez rigoler tout(e) seulle en le lisant ! lol

    Répondre

Leave a Reply