Moussa is free, BarakaCity revit! ERRATUM

A l’heure actuelle, Moussa est toujours détenu au Bangladesh. Sa libération a honteusement été annulé pour des raisons troubles et sans aucun fondement.

Cette affaire est désormais une affaire d’état. Sauf que lorsqu’on s’apelle Moussa et qu’on est bénévole au sein de Baraka City en France, ça dérange. Et peut-être même, ça arrange…

Ce qui suit a été écrit dans l’enthousiasme le jour de l’annonce de sa libération. Busi#Muz avait voulu couvrir l’actu et avait relayé l’information de sa remise en liberté. Par respect pour notre rédactrice Sihame Touil, nous laissons en ligne cet article mais nous voulions ajouter un démenti.

Soutenons Moussa.

#FreeMoussa

On s’en souvient encore de ce Ramadan 2013. BarakaCity lançait un appel aux dons. Faire en sorte que le mois saint permette de collecter 1 000 000 d’euros dans le cadre de la campagne « L’eau c’est la vie ». Et il n’aura fallu que sept petits jours pour que le compteur explose ! Depuis, BarakaCity a fait sa place au sein des associations musulmanes, suscitant il est vrai quelques interrogations chez certains.

La naissance de BarakaCity

BarakaCity oeuvrait d’abord officieusement dés 2008. Dans un premier temps, il s’agissait d’aider à proximité au travers de maraudes mais aussi de soutien apporté à des familles démunies. Deux ans s’écoulent et en 2010, l’association est créée officiellement dans le département de l’Essonne. Cette même année, le Pakistan est touché par des inondations et BarakaCity mènera sa première action sur le plan international. En 2012, un voyage au Togo va marquer Idriss Sihamedi, président de BarakaCity. La population est confrontée au manque d’eau potable. C’est ainsi que la campagne de dons menée durant le Ramadan 2013 est montée. Les résultats vont permettre d’acheter un camion de forage de puits.

barakacity-rohingyas

L’opération « L’eau c’est la vie »

BarakaCity agit au niveau international

Barakacity c’est ainsi l’Asie avec par exemple la Birmanie ; l’Afrique avec le Maroc, la Mauritanie, la Centrafrique… Mais aussi le Proche et Moyen Orient avec la Palestine et notamment la Bande de Gaza sous blocus. Et évidemment la Syrie. Afin d’agir dans ces pays, le pôle humanitaire à travers ses chargés de missions Moussa, Saleh, Abdelaziz, AbuBakr, Fayçal… se rendent sur place. D’après les chiffres donnés par BarakaCity, ce sont vingt pays qui bénéficient des oeuvres de l’association avec notamment cinq bureaux gérés localement.

ambulances

Arrivée des ambulances de BarakaCity à Gaza

BarakaCity fédère

L’association a une forte propension à fédérer, notamment sur les réseaux sociaux. Le succès de sa campagne « L’eau c’est la vie » en est la preuve. Aussi, les partages des vidéos notamment des acheminements de l’aide humanitaire vers la Syrie ont été par milliers. La communication est un point fort de BarakaCity. Et chaque année, le Rassemblement Annuel des Musulmans de France au Bourget (RAMF) a au milieu de ses stands celui imposant de l’association.

Il y a une vingtaine de jours, Moussa, l’un des membres de BarakaCity qui était en mission au Bangladesh, est toujours en prison. Fin 2015, il a été arrêté par les autorités locales tandis qu’il comptait venir en aide aux Rohingyas.

rohyngyas-historecest-toi

Cette situation met davantage en lumière le combat mené pour les Rohingyas, indique l’association. Dans son malheur, l’emprisonnement de Moussa a permis de faire parler des Rohingyas et de leur situation de vie absolument déplorable. Des journalistes se sont ENFIN déplacés pour couvrir l’info. Les médias français relaient l’info pour certains même avec objectivité. Aujourd’hui, le délibéré est tombé ! Les avocats de Moussa, après une plaidoirie acharnée, des ajournements d’audience, des charges retenues sans fondements, viennent de nous annoncer que Moussa est libre ! La pétition qui tournait sur les réseaux avait permis de récolter plus de 400 000 signatures, un hashtag en son honneur avait été crée, #Freemoussa…

4844997_6_8fa4_capture-d-ecran-du-site-de-l-ong-baraka-city_5a2d7bfc2234a5a74cc7fdc43cea22c5

Bref, tous ces signes de générosité, de partage sont de plus en plus courants dans la communauté mais rares sont les organismes qui arrivent à réunir autant de monde autour d’une cause. BarakaCity y arrive, elle…

A l’heure de cette publication, nous apprenons que le traducteur de Moussa, Abdulsalam est lui aussi libre…2ème victoire!

Faire un don: https://barakacity.com/don/etat-dalerte/

Site officiel: https://barakacity.com/

Facebook: https://www.facebook.com/BarakaCity/?fref=ts

Twitter: https://twitter.com/Barakacity?lang=fr

Instagram: https://www.instagram.com/barakacity_compteofficiel/

Sihame Touil

Leave a Reply