Akhawate Business devient AKB et Affaires de femmes

Avec six ans d’existence au service des (futures) entrepreneuses musulmanes, doit-on encore vous présenter Akhawate Business ? Aujourd’hui la structure a décidé de se renouveler, avec l’ambition qui est la sienne. Ca bouge donc au sein du réseau féminin !

AKB au service des femmes plurielles

Qu’est-ce qu’Akhawate Business a donc souhaité changer ? Plus question d’être uniquement à destination de la oumma au féminin mais plutôt au service des femmes dans leur diversité et issues des quartiers. L’association s’ouvre à d’autres horizons et élargit son champ d’actions pour une plus grande pluralité quand l’entrepreneuriat devient une véritable préoccupation pour les femmes. D’ailleurs le nom de Akhawate Business est lui aussi modifié. On parle aujourd’hui d’« Affaires de femmes » et « AKB ». Pourquoi donc toutes ces nouveautés ? Sur le blog de AKB, il nous est expliqué que l’heure étant à la réflexion au sujet de l’avenir du réseau, il fallait réussir à être plus inclusif et à s’inscrire dans la société.

Se remettre en question pour avancer

L’association a mené une réflexion sur différents points :

  • Comment désirer faire partie intégrante de la société si on n’évolue qu’entre soi ?

  • Comment vouloir promouvoir des exemples de réussites entrepreneuriales si nos actions ne s’adressent qu’à la communauté musulmane ?

  • Comment déjouer les pièges de l’exclusion, de la marginalisation et de la stigmatisation, en prêchant dans notre coin ?

Ce réseau féminin prouve là son potentiel et son ambition à mettre en avant les femmes au pluriel avec des initiatives inédites et innovantes. D’ailleurs, cette année encore, AKB ouvre son concours des entrepreneuses. De ce côté pas de changement, le but est de mettre en valeur des talents féminins pluriels, des réussites et des modèles inspirants et encourageants. Les candidatures sont justement ouvertes du 13 mars au 7 avril en téléchargeant le dossier de candidature sur le site http://www.akhawatebusiness.com.

Sur Busi#Muz, lorsque l’on pense à AKB, on ne peut s’empêcher d’avoir l’association Lallab en tête. D’ailleurs avez-vous lu le dernier article au sujet de Sarah Zouak, sa co-fondatrice ? Il est à ne pas rater également !

Leave a Reply