Le meilleur des commerces

Allah le Très-Haut a créé l’homme et l’a honoré de l’intelligence et de la créativité. A travers de nombreux passages du Saint Coran, Il nous exhorte à l’activité et nous informe qu’Il a asservi la création pour nous aider à assouvir nos besoins matériels et intellectuels.

Il dit à ce sujet :

« C’est de par Sa Miséricorde qu’Il vous a assigné la nuit et le jour, pour que vous vous reposiez et que vous cherchiez de Sa Grâce, afin que vous vous montriez reconnaissants. » Selon les exégètes, la recherche de la Grâce divine fait référence ici aux différentes activités humaines permettant d’acquérir la subsistance, telles que l’agriculture ou le commerce, rendues possible notamment par la clarté du jour. Le commerce est très souvent désigné au sein du Noble Coran par cette périphrase « la recherche de la Grace divine ». « Votre Seigneur est Celui qui fait voguer les vaisseaux en mer, afin que vous alliez à la recherche de quelque grâce de Sa part ; Il est certes Miséricordieux envers vous. »

12657427_591468487730090_107881196527957260_o

Ainsi, Notre Créateur attire notre attention sur le fait qu’en facilitant les moyens de transports et de communications, Il facilite les échanges commerciaux et les possibilités de développement économique et financier ; et tout ceci est une faveur immense de Sa part. Or, lorsque notre Seigneur nous accorde une faveur, Il aime qu’on l’estime à sa juste valeur et que l’on en profite et l’exploite au maximum.

En tant qu’amoureuse de la langue arabe et admiratrice du choix minutieux des mots dans le Saint Coran, il me paraissait important de souligner un élément : lorsqu’Allah swt veut nous exhorter à exploiter les innombrables moyens qu’Il a mis à notre disposition afin d’agrémenter notre quotidien pour le biais du commerce, Il emploie cette périphrase : « rechercher Sa Grâce ». Les mots commerces et ventes ne sont quant à eux utilisés que dans le cadre de la mise en garde ou du conseil. Il dit par exemple dans la sourate Les femmes : « O Croyants, que les uns d’entre vous ne mangent pas les biens des autres illégalement, mais qu’il y ait plutôt un commerce entre vous, par consentement mutuel. » Ici, donc, pas de mention de la Faveur ou de la Grace divine. Comme pour nous indiquer que sans consentent mutuel et sans respect des règles légales qui mènent à la justice, le commerce serait totalement dénué de bénédiction. Nous sortons du cadre posé par les versets précédemment cités, ce n’est pas pour en faire un usage illégal qu’Allah swt a mis à notre disposition toutes ces richesses et nous en a facilité l’exploitation.

unnamed

De même, Allah swt nous rappelle que l’exploitation du bas-monde et de ses richesses est un moyen de subvenir à nos besoins, afin de mener une vie digne. Ce ne saurait être une finalité en soi, à laquelle nous dédions toute notre existence en dépit d’objectifs plus nobles telles que l’adoration d’Allah et l’élévation spirituelle. C’est pourquoi, dans la sourate Le Vendredi Allah swt associe le commerce aux futilités du bas-monde en disant : « Lorsqu’ils entrevoient quelque commerce ou quelque divertissement, ils y accourent et te laisse [ô Mohammed] debout [seul en train de prêcher]. Dis : Ce qui est auprès d’Allah est bien meilleur que le divertissement et le commerce, et Allah est le meilleur des pourvoyeurs. » Ainsi, le commerce ne saurait être une Grâce de la part d’Allah s’il nous détourne de Son adoration, de Son évocation et de l’apprentissage de Sa religion. Dans la Sourate La Lumière, Allah fait l’éloge de ceux qui L’évoquent à longueur de journée en ces termes : « Des hommes que ni le commerce ni le troc ne distraient de l’invocation d’Allah, de l’accomplissement de la prière et de l’acquittement de l’aumône, et qui redoutent le jour où les cœurs ainsi que les regards seront bouleversés. »

37

Enfin, il y a un dernier cas de figure où Allah swt emploie le terme « commerce », mais cette fois-ci de façon métaphorique. C’est lorsqu’Il nous enseigne le meilleur des commerces et le plus profitable aux croyants, comme dans ce passage de la sourate Le Créateur : « O croyants ! Vous indiquerais-Je un commerce qui vous sauvera d’un châtiment douloureux ? Croyez en Allah et en Son Messager et luttez dans le sentier d’Allah avec vos personnes et vos biens, cela est bien meilleur pour vous, si vous saviez ! Il pardonnera vos péchés et vous fera entrer dans des jardins sous lesquels coulent des ruisseaux, et dans des demeures agréables dans les Jardins d’Eden. Voilà l’énorme succès ! » Mais pourquoi parler de commerce ici ? Le choix des mots semble pour le moins étonnant dans ce cas précis. La réponse nous apparait clairement à la lecture de ce magnifique verset de la sourate Le Repentir : « Certes, Allah a acheté des croyants leur personne et leurs biens, en échange du Paradis. Ils combattent dans le sentier d’Allah : ils tuent et se font tuer. C’est une promesse authentique qu’Il a prise sur Lui-même dans la Thora, l’Evangile et le Coran. Et qui est plus fidèle qu’Allah à Son engagement ? Réjouissez-vous donc de la transaction que vous avez effectuée : c’est bien là l’immense succès ! »

calligraphie

Que se réjouissent ceux qui honorent les closes du contrat qui les unis à leur Seigneur !

 

Hamayssim

Leave a Reply